critiquer


critiquer

critiquer [ kritike ] v. tr. <conjug. : 1>
• 1611; de critique
1Faire l'examen de (un ouvrage d'art ou d'esprit) pour en faire ressortir les qualités et les défauts. 2. critique; analyser, discuter, étudier, examiner, 1. juger.
2Émettre un jugement faisant ressortir les défauts de (qqn, qqch.). blâmer, censurer, condamner, contredire, dénigrer, désapprouver, réprouver; fam. arranger, 2. bêcher, 2. chiner, débiner, éreinter, esquinter, étriller, 2. taper (sur). Critiquer qqn avec violence (cf. Descendre en flamme). Critiquer injustement. calomnier. Critiquer le gouvernement. Critiquer tout le monde (cf. Trouver à redire). Il a peur de se faire critiquer.
⊗ CONTR. Admirer, aduler, apprécier, approuver, féliciter, flatter, 1. louer, préconiser.

critiquer verbe transitif Porter sur quelqu'un, quelque chose un jugement défavorable en en faisant ressortir les défauts, les erreurs, etc. ; blâmer, désapprouver, censurer, condamner : Se faire critiquer pour sa négligence. Porter sur une œuvre littéraire ou artistique un jugement, l'examiner en détail, en faire la critique. ● critiquer (synonymes) verbe transitif Porter sur quelqu'un, quelque chose un jugement défavorable en en faisant...
Synonymes :
- blâmer
- décrier
- désapprouver
- éreinter (familier)
- réprouver
Contraires :
- apprécier
- féliciter
Porter sur une œuvre littéraire ou artistique un jugement, l'examiner...
Synonymes :
- étudier

critiquer
v. tr.
d1./d Examiner en critique. Critiquer un livre, une doctrine.
d2./d Juger avec sévérité, avec blâme. Critiquer ses amis, ses voisins.
|| (S. comp.) Il ne fait que critiquer.

⇒CRITIQUER, verbe trans.
A.— [La critique est un examen raisonné, objectif, qui s'attache à relever les qualités et les défauts et donne lieu à un jugement de valeur]
1. Emploi abs. Exercer son intelligence à démêler le vrai du faux, le bon du mauvais, le juste de l'injuste en vue d'estimer la valeur de l'être ou de la chose qu'on soumet à cet examen. Besoin, droit de critiquer; enclin à critiquer. Critiquer, c'est se poser en spectateur et en juge au milieu de la variété des choses (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 145). À côté de moi qui travaille, il y a trop souvent un autre moi qui examine, raisonne, critique (LÉAUTAUD, Journal littér., t. 1, 1893-1906, p. 17) :
1. On ne saurait l'appeler [Charles Du Bos] un critique, si critiquer c'est juger et classer. Ou du moins n'agissait-il en critique qu'au départ, dans le partage qu'il établissait entre les écrivains dignes de son attention et ceux auxquels il refusait l'existence.
MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 265.
SYNT. Analyser, apprécier, commenter, examiner, surveiller et critiquer; critiquer cruellement, doctement, durement, expérimentalement, justement, librement, méticuleusement, pertinemment, sainement, savamment, scientifiquement, sérieusement, sévèrement, systématiquement, timidement, victorieusement, violemment, vivement; critiquer à bon droit, à juste titre, pour critiquer, pour le plaisir, sans motif valable; oser critiquer; s'amuser à critiquer; s'abstenir de critiquer; pour le plaisir de critiquer; les esprits chagrins qui critiquent.
2. [L'obj. désigne une pers. ou une chose]
a) Porter un jugement motivé sur quelqu'un ou sur quelque chose. Comment critiquer un vrai poète? (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 130). L'on ne peut critiquer sainement que ce que l'on a d'abord bien compris (GIDE, Journal, 1929, p. 917).
b) En partic. Soumettre une chose à un examen méthodique en vue de l'estimer à sa juste valeur; la juger d'après des critères appropriés qui varient selon les domaines.
Domaine de la pensée. Faire la part de la vérité et de l'erreur à propos d'une production abstraite de l'esprit. Une conception de la durée et de la causalité que nous critiquerons en détail (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p. 119). Le tragique spirituel, notion que Tchekhov m'apprit à critiquer (DU BOS, Journal, 1924, p. 173) :
2. On doit toujours être prêt à critiquer une théorie; on doit toujours la supposer vulnérable (...). Il faut tout admettre comme critiquable, mais ce n'est pas une raison pour critiquer à tort et à travers comme font certaines gens pour faire parler d'eux en faisant des critiques d'hommes haut placés. Comme la critique est fort difficile à juger, ils en tirent toujours profit.
C. BERNARD, Principes de méd. exp., 1878, p. 253.
Domaine de la sc. exp. Déterminer la portée d'un phénomène. Les notions recueillies par le médecin (...) doivent être appréciées, critiquées, et, parfois, ramenées à leur juste valeur (CODET, Psych., 1926, p. 4).
Domaine de l'hist. Établir l'authenticité et la portée d'un fait, d'un document, d'un témoignage. Il faut critiquer les religions comme on critique les poèmes primitifs (RENAN, Avenir sc., 1890 p. 275). Il avait épluché les bévues du Talmud et critiqué scientifiquement la Bible (ARNOUX, Juif Errant, 1931, p. 227).
Domaine de la mor. Faire la part du bon et du mauvais, du bien et du mal. En laissant l'État reprendre sa liberté, nous gardons le plus précieux de nos droits, celui de la critiquer (BERNANOS, Enf. humil., 1948, p. 90).
Domaine de l'esthétique. Discerner dans un ouvrage, une œuvre, l'ensemble des qualités et des défauts qui le/la rendent plus ou moins conforme à une perfection idéale. Examiner scrupuleusement ce livre et en critiquer les détails (MUSSET, Revue des Deux-Mondes, 1833, p. 610). Il plaça sa toile sur son chevalet, et alla chez son ancien Maître (...) il le pria de venir critiquer l'œuvre rejetée (BALZAC, P. Grassou, 1840, p. 442).
Domaine de l'action. Déterminer la qualité plus ou moins fine d'une chose dont la réalisation ou l'accomplissement sont soumis à des règles conventionnelles. Critiquer une bataille, une manœuvre, un match. [L'oncle] critiquait méticuleusement les fautes d'équitation (ADAM, Enf. Aust., 1902, p. 243). Tâter, de la narine et de la langue, les vins et critiquer la cuisson (COLETTE, Fanal, 1949, p. 224).
3. Emploi pronom. réfl.
a) Soumettre sa propre personne à un examen, en vue de porter sur elle un jugement de valeur. Ernest se promena fièrement dans sa chambre, il se mit de trois-quarts, de profil, de face devant la glace, il essaya de se critiquer (BALZAC, Modeste Mignon, 1844, p. 148).
b) Se soumettre à un examen en tant qu'auteur, réalisateur de quelque chose, afin de l'estimer à sa juste valeur. Synon. se juger. Pioche bien la « Paysanne »; (...) revois tout, épluche-toi; apprends à te critiquer toi-même (FLAUB., Corresp., 1852, p. 69). Ceux qui agissent sans se critiquer (TEILHARD DE CH., Milieu divin, 1955, p. 40).
B.— [P. restriction de sens; la critique ne s'attache à relever que les défauts, les imperfections]
1. Emploi abs. Émettre, formuler des jugements défavorables, d'une façon systématique ou occasionnelle. L'amitié n'est pas faite pour critiquer, (...). Elle est faite pour donner confiance (SARTRE, Âge de raison, 1945 p. 47) :
3. Papa aimait se moquer, et maman critiquer; peu de gens trouvaient grâce devant eux, alors que je n'entendais jamais personne les dénigrer : leur manière de vivre représentait donc la norme absolue.
BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 49.
2. [L'obj. désigne une pers. ou une chose]
a) Reprendre quelqu'un ou porter sur lui un jugement défavorable en se fondant sur un ou des défauts qu'il accuse. Synon. blâmer, reprendre; anton. admirer, féliciter, louer. Ils critiquent Géricault parce que dans sa « Course d'Epsom » (...) il a peint des chevaux qui galopent ventre à terre (RODIN, Art, 1911, p. 87). Ces premières attaques, si elles atteignirent Blaise Pascal, le délivraient du moins de son rôle irritant d'enfant prodige. Il était critiqué, peut-être jalousé par Descartes (MAURIAC, Pascal et sa sœur, 1931, p. 39).
Critiquer qqn + obj. second prép.; de + inf., pour + inf. passé; en raison de, pour + subst. On nous a reproché d'avoir employé un mot nouveau, le « déterminisme » (...). On m'a beaucoup critiqué sur ce mot (C. BERNARD, Principes de méd. exp., 1878 p. 265).
Au fig. [Le suj. désigne une entité] Elle sent elle-même comme quelque chose qui la critique (JANET, Obsess. et psychast., 1903, p. 27).
b) Juger défavorablement quelque chose en se fondant sur une ou des imperfections qu'elle présente. Il avait critiqué le montage d'une pompe à huile (SAINT-EXUP., Vol nuit, 1931, p. 93). Il refuse tout d'abord d'adhérer; il considère les choses au point de vue historique; il critique sévèrement, selon les règles, l'impulsion qui l'envahit, l'emporte (ARNOUX, Crimes innoc., 1952, p. 23).
Au fig. De sorte (...) que la raison pût critiquer la valeur du témoignage des sens (COURNOT, Fond. connaiss., 1851, p. 599).
c) Juger défavorablement quelqu'un ou quelque chose, souvent avec acrimonie, en ne retenant que leurs défauts, leurs imperfections, ou même sans motif valable. Le sentiment de tout Français s'oppose à ce qu'il prenne une initiative quelconque et en même temps le pousse à critiquer tout ce qui se fait autour de lui (MÉRIMÉE, Lettres à M. Panizzi, t. 2, 1850-70, p. 402). Comme on critiquait devant lui Villars absent, il coupa net la conversation, en rappelant que Villars était son ami (ARLAND, Ordre, 1929, p. 195).
PARAD. a) Synon. bafouer, décrier, dénigrer, déchirer. b) Synon. fam. ou arg. bêcher, chiner, débiner, étriller; éreinter, esquinter.
Critiquer que + verbe au subj. Il avait critiqué que l'amie d'Odette donnât (...) dans le faux ancien (PROUST, Swann, 1913, p. 245).
3. [L'obj. désigne une chose] Relever un défaut chez quelqu'un, une imperfection dans quelque chose et porter sur eux un jugement défavorable motivé. Aristarques impatients, qui critiquent individuellement (...) les pierres dont la réunion seule peut donner une idée du plan de l'architecte (DUMAS père, C. Howard, 1834, avertissement, p. 206). Une attitude qui fut par la suite beaucoup critiquée : celle de me dérober au succès (GIDE, Si le grain, 1924, p. 525). Il s'asseyait, croisait les jambes sous la table, découvrant des fixe-chaussettes mauves : elle critiquait ce laisser-aller (BEAUVOIR, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958 p. 182).
SYNT. Critiquer aigrement, amèrement, âprement, bassement, hardiment, ouvertement, poliment; critiquer avec aigreur, avec âpreté.
C.— P. ext. Porter des jugements non fondés, exprimer des opinions non contrôlées. Critiquer à la manière de la plupart des feuilletonistes actuels, c'est exprimer des jugements tels quels d'une façon plus ou moins spirituelle (BALZAC, Muse départ., 1844, p. 214).
Rem. On rencontre ds la docum. a) Critiquant, ante, adj. Enclin, porté à la critique (souvent en mauvaise part). Quant à la nature de ces causeries (...) on m'a dit que ce n'était pas une nature critiquante et esthétisante (A. FRANCE, Vie littér., t. 2, 1890, p. X). Le public des premières, ce public blasé, critiquant (A. DAUDET, Crit. dram., 1897, p. 81). b) Des dér. péj. et fam. ) Criticaillon, subst. masc. rare. Mauvais critique qui juge à tort et à travers (cf. J.-R. Bloch ds ROB. Suppl. 1970). ) Critiquailler, verbe intrans. Critiquer à tort et à travers, sans motif fondé. Est-ce qu'il n'est pas beaucoup mieux et plus beau d'être aimé et compris de quelques braves gens, qu'entendu, critiquaillé, ou flagorné par des milliers d'idiots? (ROLLAND, J.-Chr., Révolte, 1907, p. 449). La forme criticailler est attestée ds ROB. Suppl. 1970 et Lexis 1975.
Prononc. et Orth. :[], (je) critique []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1546 méd. « arriver à sa phase finale (d'une maladie) » (RABELAIS, Tiers Livre, éd. Marty-Laveaux, chap. XLI, 2, p. 197) — 1611, COTGR. II. 1. 1611 « porter un jugement » (COTGR.); 2. 1674 « analyser des ouvrages littéraires de manière critique » (MALEBR., Recherche, II, III, 4 ds LITTRÉ). I dér. de critique1. II dér. de critique2; dés. -er. Fréq. abs. littér. :495 (critiqué : 118). Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 443, b) 658; XXe s. : a) 770, b) 906.
DÉR. Critiqueur, euse, subst. et adj., fam. (Celui) qui a la manie de critiquer, qui ne pense qu'à reprendre (souvent en mauvaise part). Une cause (...) dont il faut tenir tous les critiqueurs pour adversaires (CLEMENCEAU, Vers réparation, 1899, p. 281). Repasser mon petit couplet critiqueur (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 206). [], fém. [-ø:z]. 1re attest. 1589 (VIGENÈRE, Comm. de Cés., Annot., p. 3 ds GDF. Compl.); rare av. le XIXe s., 1801 (S. MERCIER, Néol., t. 1, p. 137); de critiquer, suff. -eur2. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. — DUB. Dér. 1962, p. 41 (s.v. critiqueur). — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 102, 139 (s.v. critiqueur).

critiquer [kʀitike] v. tr.
ÉTYM. 1611, de 2. critique; en 1546, méd., « arriver à la dernière phase d'une maladie », in Rabelais; de 1. critique.
1 Analyser, examiner (une œuvre, un ouvrage…) pour en faire ressortir les qualités et les défauts. 2. Critique (I., A., 1.); analyser, commenter, discuter, étudier, examiner, juger. || Critiquer minutieusement un ouvrage. Éplucher (fam.; → Passer au crible).
1 Il faut, autant qu'on peut, apporter des exemples illustrés des choses qu'on dit, lorsqu'elles sont de conséquence, et c'est quelquefois faire honneur à un livre que de le critiquer.
Malebranche, De la recherche de la vérité, II, III, 4, in Littré.
2 Il a bien critiqué le livre qu'il avait dans la tête, il n'a pas critiqué celui de l'auteur.
Montesquieu, Défense de l'Esprit des lois, II.
Par ext. || Critiquer et contrôler un travail.
Absolt. || Avoir le droit, le devoir de critiquer. || Critiquer est pour lui une façon d'apprécier.
2 Émettre un jugement explicite faisant ressortir les défauts de (qqn, qqch.). Attaquer, blâmer, censurer, cingler, condamner, contredire, décrier, désapprouver, discuter, épiloguer (sur), fronder, gloser, improuver, remontrer, reprocher, réprouver, trouver (à redire), vitupérer; et les fam. arranger, assassiner, bêcher, charrier, chiner, débiner, descendre, éreinter, esquinter, étriller, sabrer, taper (sur). || Critiquer qqch. avec violence. || Critiquer sévèrement qqn. Attraper (fam.), avertir, crier (après), réprimander, semoncer, tympaniser. || Critiquer injustement qqn. Calomnier, jaser (sur, de), médire (de), parler (parler mal de), clabauder (sur); criticailler. || Critiquer les actions, la conduite de qqn. || Critiquer le gouvernement. || Critiquer tout le monde. || Il s'arroge le droit de tout critiquer. aussi Détruire, nier; négatif.
Il a peur de se faire critiquer. || Il n'y a là rien à critiquer.
3 Un esprit chagrin et superbe, qui critiquait toutes mes actions (…)
Fénelon, Télémaque, XI.
4 Une jeune fille craint de se faire critiquer en prenant un homme qui a dix ou douze ans de plus qu'elle, parce que ce n'est pas la coutume du pays (…)
G. Sand, la Mare au diable, XI, p. 92.
5 À critiquer l'irrémédiable, on perd son temps.
Pierre Louÿs, les Aventures du roi Pausole, I, IV, p. 28.
Critiquer qqn de faire qqch., pour avoir fait qqch.Critiquer qqn pour, en raison de qqch.Je ne critique que sa dernière réaction.Critiquer que… (et subj.).
Absolt. || Il passe son temps à critiquer, à porter des jugements négatifs sur tout.
——————
se critiquer v. pron.
(Sens réfl.). Faire sa propre critique. Autocritique.(Sens récipr.). Se soumettre mutuellement à une critique. || Les co-auteurs se sont critiqués sans indulgence.
——————
critiqué, ée p. p. adj.
Soumis au jugement de la critique (que ce jugement soit positif ou négatif). || Livres, films critiqués (dans un journal, etc.).Qui fait l'objet d'une critique, de critiques. Blâmé, désapprouvé. || Il a une conduite fort critiquée. || C'est le ministre le plus critiqué du gouvernement.
CONTR. Admirer, aduler, apprécier, approuver, féliciter, flatter, louer, préconiser.
DÉR. Criticailler, critiquable, critiqueur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • critiquer — CRITIQUER.v. a. Censurer quelque chose, y trouver à redire. Critiquer un ouvrage. Vous critiquez ce vers là mal à propos. Il critique les actions, la conduite de tout le monde. C est un homme qui critique tout. Critiquer un tableau, Critiquer un… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • critiquer — Critiquer. v. act. Censurer, trouver à redire. Critiquer un ouvrage. vous critiquez ce vers là mal à propos. il critique les actions, la conduite de tout le monde. c est un homme qui critique sur tout …   Dictionnaire de l'Académie française

  • critiquer — vt. , donner son avis sans y être invité et critiquer ce que font les autres ; blâmer, reprocher, faire des remarques désobligeantes : avokatâ (Saxel.002), avoukatâ (Morzine.JCH.) ; kritikâ (Albanais.001, Villards Thônes) ; bavardâ (Bellevaux) ;… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • critiquer — (kri ti ké) v. a. 1°   Faire l examen critique des ouvrages d art ou d esprit. Critiquer un ouvrage, un auteur. On critiquait ce vers. •   Il faut, autant qu on peut, apporter des exemples illustres des choses qu on dit, lorsqu elles sont de… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CRITIQUER — v. a. Censurer quelque chose, y trouver à redire. Critiquer un ouvrage, un écrivain. Vous critiquez ce vers mal à propos. Il critique les actions, la conduite de tout le monde. C est un homme qui critique tout. Critiquer un tableau. Critiquer un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CRITIQUER — v. tr. Faire ressortir les défauts des choses, des personnes. Critiquer un ouvrage, un écrivain. Il critique les actions, la conduite de tout le monde. Critiquer un tableau, un édifice. Critiquer les actes d’un ministre …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Liberté de critiquer — Liberté Pour les articles homonymes, voir Liberté (homonymie). La liberté est la faculté d agir selon sa volonté sans être entravé par le pouvoir d autrui. D un point de vue philosophique, elle peut être définie comme la capacité de se déterminer …   Wikipédia en Français

  • critique — 1. critique [ kritik ] adj. • cretique 1372; bas lat. criticus, gr. kritikos, de krinein « juger comme décisif »; cf. crise 1 ♦ Méd. Qui a rapport à une crise; qui décide de l issue d une maladie. Jour, phase critique. La période critique de l… …   Encyclopédie Universelle

  • Liste des marionnettes des Guignols de l'info — Cette liste répertorie les personnages régulièrement parodiés dans l émission Les Guignols de l info, actuellement ou dans le passé. En mars 2009, dans le cadre des festivités des 20 ans des Guignols, Canal+ revendique un nombre de 314… …   Wikipédia en Français

  • censurer — [ sɑ̃syre ] v. tr. <conjug. : 1> • 1518; de censure 1 ♦ Vieilli Reprendre, critiquer les paroles, les actions de (qqn). ⇒ blâmer, critiquer. « Au lieu de me censurer comme elle aurait dû faire, elle rit beaucoup de mes sarcasmes »… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.